mardi 29 avril 2008

La rafale ...

Pourquoi ce petit silence ? Parce que je m’interpelle sur notre pratique. Enfin, je devrai plutôt dire sur l’image que le karateka moyen se projette de lui-même dans la plupart des cas. Mais rassurez-vous, rien de grave, au contraire … Un déclic … un de plus.

Il est nécessaire de pouvoir se donner le temps à la réflexion parfois, surtout après certains entraînements. Ces moments où le maître réussi à soulever un voile qu’on ose pas toujours toucher.

Avez-vous déjà vu de quelle façon le karateka essaie de se convaincre qu’il est ‘intouchable’. L’idée qu’il se fait de lui en s’imaginant dans une situation de combat réel. Car dieu merci, la plupart d’entre nous n’avons jamais été mis en ‘situation de danger’ dans la vie réelle, c’est plus juste de l’écrire de la sorte. Mais qu’arriverait-il si tel était le cas ?

Pensez-vous que votre ‘gedan barai’ enchaîné avec votre ‘gyaku tsuki’ suffiraient à vous sortir des griffes de l’agresseur ? Parce que c’est là où nous faisons une erreur … On pense que l’agression sera unique, une impulsion de la part de notre assaillant, un point c’est tout !
Alors là oui, on a peut-être une petite chance de s’en tirer sans trop de dégât.

Mais imaginez à présent que votre agresseur est un fonceur, un gars qui ne se contentera pas de vous filer un seul pain, mais plutôt une bonne rafale de 5 ou 6 missiles !!!

Eh bien dans la plupart des cas, c’est là que nous serons confrontés à la pénible réalité. Nous ne sommes pas préparés à ça … ou plutôt, nous ne nous préparons pas assez à cette situation.

Ce déclic c’est Gneo Sensei qui me l’a donné lors du dernier training partagé à ses côtés.

Il a réussi à nous faire prendre conscience qu’avec une préparation adaptée, une mise en situation réaliste, que tout est possible. Nous pouvons parvenir à repousser plusieurs assauts consécutifs. Fluidité dans le geste technique, zanshin, patience et persévérance sont les maîtres mots. Nous devons pouvoir y arriver car le karaté est un art de défense par excellence. C’est donc aussi vers ça que nous devons axer nos efforts au dojo. On a souvent tendance à l’oublier, à minimiser cette brèche qui peut s’avérer fatale dans notre pratique.


7 commentaires:

Anonyme a dit…

On ne peut répondre de son courage quand on n'a jamais été dans le péril.
La Rochefoucauld. (G. Le Vétéran).

crazy horse a dit…

dans un combat bloquer est suicidaire,que ce soit sur une ou + attaques.Evitez les ou rentrez dans l'attaque , repoussez l adversaire des 2 mains etc ,terminer le combat.Essayer vous dans des combats de kyukushin meme si vous etes shotokan.C'est en encaissant des coups et non pas en les donnant que l'on devient fort.

toinette a dit…

Ik vind me terug in deze tekst.
Elke karateka moet blijven oefenen in een geest van zelfverdediging.
Daarom is het belangrijk dat men leert, en aanvaardt, om ook met blijvende of toenemende fysieke tokortkomingen om te gaan. Dat is m.i. de opdracht voor de ouder wordende karateka.
Zoals Robert Long ooit zong:
"als je tijdig hebt geleerd hoe je jezelf het best verweert, dan win je ook niet, maar verlies je minder snel."

Toinette

Salvatore a dit…

Bedankt voor jouw toinette commentaar, is het debat open !

Quant à toi Crazy Horse, bien que je ne partage pas complètement ton point de vue,je suis d'accord de dire que tout bon karateka doit pouvoir encaisser. Entrer dans une attaque ou repousser un adversaire fait partie des différentes stratégies de combat du karate shotokan. Ce n'est pas propre au Kyukushin.

Anonyme a dit…

Je reviens sur ce sujet qui doit certainement en préoccuper plus d'un : "Quelle attitude adopter si l'on est agressé ?"
Je peux vous assurer qu'il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse ! Tout est une question de tempérament, de feeling, de personnalité...
Tout ce qui nous est enseigné au Dojo doit nous servir à évaluer la situation. Mais, évidemment, cela ne fait pas forcément de nous des combattants - dans le sens agresssif du terme.
Toutefois cela peut, et c'est là à mon humble avis qu'intervient toute la science du Sensei, nous donner la force de maîtriser notre peur et d'avoir le courage d'affronter - dans le sens défensif du terme - l'agresseur avec détermination.
Germain le Vétéran.

Anonyme a dit…

bonjour
cela fait maintenant de nombreuses années que j'ai quitté le karaté pour travailler differement. je vous invite sur le blog suivant
http://artsetjeuxcombat.canalblog.com/
pour vous proposer mes reflexions a ce sujet.

amicalement
Jean Luc

Zakaria a dit…

Je me suis déjà retrouvé dans ce genre de situation (en rue) et je me suis défendu pour finalement m'en sortir vainqueur...je peux vous dire que le karaté m'a été très utile! mais ce n'est pas pour cela qu'on se retrouvera à chaque fois vainqueur...l'importent dans ces moments là, c'est d'être concentré, prêt à explosé à la moindre occasion et de ressentir au plus profond de soi tout ce qu'on nous à appris sans y penser...

Oss!

ps: bloquer est utile!!! mais il ne faut pas croire que l'on bloque comme au dojo ...j'appellerais cela plutôt accompagner, contrôler et utilisé le coup de l'adversaire...parfois on accompagne le geste de l'adversaire sans le touché réèlement pour ensuite contre attaquer...