dimanche 28 octobre 2007

Chassez (trouvez) le naturel

Pourquoi faire ‘compliqué’ lorsqu’on peut faire ‘simple’ ?
C’est le message qu’a laissé passé Sergio Gneo Sensei lors de notre dernière ren
contre.

La simplicité va de paire avec l’efficacité.

Il suffit de s’entraîner à voir venir le danger et d’adopter une attitude naturelle pour le contrer. Et bien voilà, je viens de lâcher le mot : NA-TU-REL.

Au premier niveau de perception du danger, le karateka doit réagir en fonction de divers facteurs : la position de son corps, l’origine et la direction de l’attaque adverse, la distance qui le sépare de l’adversaire. Adopter une attitude naturelle face à la menace.

Ce cheminement vers le kumite est avant tout, un exercice technique. Au travers de kihon simples et basiques (combinaison de kisami tsuki/giaku tsuki par exemple). Le but étant de parvenir à réagir de façon fluide en combinant blocages et attaques.

Que ce soit sur place, ou alors en se déplaçant. Cette souplesse du geste dans l’accompagnement de la technique ne doit jamais être dépourvue de kime.

Même si certains pensent déjà avoir atteint ce niveau, en tant que gradés ou instructeurs, je crois que nous avons tous encore du chemin à parcourir en ce sens.

Pour tout karateka, combattre est indispensable. Mais il faut y mettre la forme.

Le kumite passe par l’apprentissage et la répétition de techniques simples, de combinaisons fluides, exécutées naturellement.

On peut y consacrer une vie …

Oss !


1 commentaire:

Germain B. a dit…

Et je ne suis pas certain qu'une vie suffirait pour connaître toutes les subtilités, les finesses, les sensations que peuvent procurer la pratique du karate-do !